Google va bientôt passer au 100% renouvelable !

energie renouvelable

On le sait, Google est une firme qui met un point d’honneur à tenir ses promesses, aussi bien au niveau de ses produits, que des décisions qui influencent son mode de fonctionnement. Au nombre de ces décisions, il y en a une qui a fait grand bruit : celle de produire l’électricité qui alimente ses data centers et ses bureaux, à partir des énergies renouvelables. Si une grande firme de la trempe de Google décide de recourir aux énergies renouvelables, n’est-ce-pas un signal fort émis vers les autres utilisateurs de l’énergie électrique ?Dans le cas de la France par exemple, les ménages, les industries ou les commerces qui souhaitent se doter de l’énergie verte peuvent donc le faire auprès du fournisseur d’énergies ekWateur, que ce soit pour le gaz, le solaire, ou l’éolien. Il y en a plus d’un qui se sont interrogés sur les motivations qui ont poussé le concepteur d’Android, à vouloir axer principalement sa consommation énergétique sur les énergies renouvelables.

Le passage à l’énergie verte, pourquoi une telle décision ?

Pour un magna des affaires tel que Google, il est plus que vital de faire des profits, et l’une des meilleures façons d’y arriver est d’avoir le contrôle sur sa consommation en énergie. Comme on peut facilement l’imaginer, les 15 data centers et les 70 bureaux de la firme américaine sont très énergivores. On estime à plus de 5 térawatts-heures la facture énergétique annuelle générée par les infrastructures de la firme. Il est par conséquent normal que l’entreprise ait la prétention de réduire au maximum cette débauche d’énergie.

L’utilisation des énergies solaires ou éoliennes produites par des fournisseurs d’énergies, se veut être une solution qui a aussi le mérite d’être durable. Même si Google a toujours cherché à optimiser sa consommation, on constate une baisse significative de sa facture énergétique depuis qu’il a décidé de passer aux énergies renouvelables. En passant progressivement à l’énergie verte, Google s’impose comme un leader en donnant le bon exemple. Cette action a suscité un engouement sans précédent, menant à une prise de conscience accrue par rapport au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques.Cependant, les énergies renouvelables peinent à s’installer, notamment en France. Google sera-t-il confronté à ce souci également ?

Google va-t-il vraiment se passer des fournisseurs d’énergies classiques ?

Cette question est opportune, au vu de la teneur du défi que Google s’est imposé. Considérant l’énorme consommation de ses infrastructures, cette annonce a paru bien présomptueuse au début. Mais on se rend à l’évidence que Google a pris les choses en main et se dirige inéluctablement vers son but. Pour y arriver, la firme de la MountainView achète de l’énergie auprès de divers fournisseurs d’énergie localisés en Norvège, au Pays-Bas, au Danemark, et bien évidemment aux Etats-Unis. Pionnier dans le monde des affaires et de l’informatique, Google montre ainsi la voie aux particuliers, ou aux entreprises qui voudraient emprunter le même chemin.

Une décision cruciale

Il en ressort que la firme américaine continue de consommer de l’énergie classique, tout en s’approvisionnant auprès de fournisseurs d’énergies propres. En somme, Google cherche à acheter autant d’énergies vertes que possible, de façon à avoir un équilibre avec sa propre consommation électrique. Il faut reconnaître que l’entreprise se donne les moyens pour parvenir à ses fins en investissant des sommes colossales dans l’achat d’énergies renouvelables auprès des fournisseurs d’énergies.

Toutefois, si Google a un peu de difficultés à basculer rapidement du côté des énergies renouvelables, il n’en est pas de même pour les autres entreprises, vue leur consommation inférieure, en comparaison avec celle de la firme américaine. Puisqu’il apparaît plus facile aux autres consommateurs d’adhérer aux énergies renouvelables, pourquoi ne feriez-vous pas rapidement appel aux fournisseurs d’énergies renouvelables, pour votre entreprise ou votre ménage ? Rappelez-vous ! L’enjeu est de taille. Il y va de la survie de la planète Terre pour les générations futures.