Isolation des combles en ouate de cellulose

Très facile à mettre en œuvre, très efficace contre le froid et la chaleur estivale, avec un excellent rapport qualité prix et un écobilan remarquable, la ouate de cellulose est constituée de papiers recyclés défibrés et déchiquetés pour obtenir des flocons.

Ouate de cellulose

Composée à 90% de papier, un ajout de sel de bore permet de la rendre résistante au feu, aux insectes et à la moisissure.
Avec le prix le plus bas des isolants bio-sourcés, elle rivalise même avec le prix de la laine minérale en vrac, et se révèle beaucoup plus efficace contre la chaleur estivale (déphasage thermique).
La ouate de cellulose est de plus excellente en isolation phonique entre cloisons.

Règles de sécurité et bonnes pratiques

En préalable à la mise en œuvre de la ouate de cellulose, il est indispensable de vérifier les points suivants :

  • Le plancher est-il en bon état pour être capable de résister au poids du matériau isolant ?
  • Le plancher est-il étanche à l’air ? Ne présente t-il pas de trous ou de fentes ouvertes susceptibles de nuire à l’isolant ?
  • Les éléments de charpente et du plancher sont-ils sains et non humides ? La couverture est-elle imperméable à la pluie ? Le plancher comporte t-il des parties creuses ventilées sur l’extérieur ?
  • Existe t-il une ventilation basse de la couverture pouvant entraîner des mouvements d’air dans la ouate ?
  • L’installation électrique est-elle conforme à la réglementation en vigueur ?

Pour vous aider trouver les solutions aux problématiques posées, référez-vous aux divers textes réglementaires, DTU (Document Technique Unifié), cahiers du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) ou carnets de prescription de mise en œuvre des fabricants. L’idéal étant de faire appel à un professionnel.

En ce qui concerne les isolants déjà en place, il est préconisé de systématiquement enlever celui-ci pour obtenir le meilleur des performances de la ouate de cellulose.

La pose de pare-vapeur pour gérer correctement les transferts d’humidité entre l’intérieur et l’extérieur est vivement recommandé.

Eviter tout risque d’incendie

  • Conduits de poêle et cheminée :

La ouate de cellulose ne doit pas être en contact direct avec des éléments pouvant dégager de la chaleur tels que les conduits de fumées ou hottes d’aspiration, les bobines, les transformateurs ou les moteurs.
Tous ces éléments devront être coffrés à une hauteur minimum de 20% au-dessus de la hauteur de l’isolant et d’un écart entre l’élément chaud et la ouate de 18cm minimum.
Cette distance de sécurité et les matériaux de calfeutrage sont régis par la norme NF DTU 24.1.

 

  • Dispositifs d’éclairages encastrés:

La ouate ne doit en aucun cas être en contact direct avec les spots encastrés dans le plafond.

Règle de sécurité concernant les spots de d’éclairage et la ouate de cellulose

L’ensemble de ces règles de sécurité et d’autres encore peuvent être consultées sur le blog ECIMA, association des fabricants de ouate de cellulose.

 

Pose de la ouate de cellulose dans les combles.

(Technique la plus courante et la plus simple, mais qui nécessite une préparation préalable)

Avant de commencer, calculer le besoin, en prenant bien en compte le phénomène de tassement (de l’ordre de 20% dans l’avis technique).
Attention: c’est cette valeur qui sera retenue pour le calcul du coefficient R final du crédit d’impôt.

Mise en place du frein vapeur

Le frein vapeur est une membrane étanche à l’air et perméable à la vapeur d’eau qui assure deux rôles :

  1. Obtenir une étanchéité parfaite à l’air pour éviter les déperditions d’air chaud en hiver.
  2. Permettre à la vapeur d’eau générée par les utilisateurs de la maison de migrer de façon uniforme sur toute la surface de l’isolant plutôt que de passer par les interstices entre dalle et mur.

La pose de frein vapeur est recommandée chaque fois que possible.

Pour la mise en œuvre, dérouler le frein vapeur à même le sol, faire chevaucher les lés entre eux de 10cm, et les scotcher avec un adhésif spécifique afin de réaliser une jonction étanche.
L’étanchéité avec les murs sera réalisée avec un cordon de colle.
De nombreux accessoire existent pour les passages de fil, de tuyau et de gaines plus ou moins grosses.

Préparation

Commencer par suspendre les boites électriques à la charpente (plus pratique en cas d’intervention ultérieure).
Si tout est fixé sur la dalle, repérer alors l’emplacement des boites de dérivation avec des repères sur la charpente.
Attention: toutes les  connections électriques doivent être dans des boites étanches, et les spots sont à protéger par un cône spécifique collé au sol.

Le reste de la préparation consiste à aménager un chemin de visite à l’aplomb du faîtage.
Cette réalisation sera faite en posant des chevrons à champ sur la dalle existante ou sur les fermettes, le tout recouvert d’un panneau de bois type OSB de 60cm de large.
Ce chemin doit être surélevé et correspondre à la hauteur maximum de ouate de cellulose souhaitée.
Il permettra d’accéder aux combles sans marcher dans la ouate, ce qui a terme risque de dégrader l’isolant.

Dernier point: la pose d’une rehausse en bois autour de la trappe de visite afin de maintenir la ouate en place.
Dans cette rehausse sera placé ensuite un panneau isolant en fibre de bois pour éviter le pont thermique généré par cette trappe.

Mise en oeuvre par épandage manuel

Épandre la ouate en prenant soin de bien la décompacter au fur et à mesure de sa mise en œuvre pour quelle soit la plus efficace.
Cette technique simple est à réserver pour les surfaces inférieures à 50 m². Au delà la machine est vivement conseillée.

Mise en oeuvre par soufflage mécanique

Positionner la machine au rez-de-chaussée à coté des sacs.
Cette méthode nécessite deux personnes: l’une dans les combles, qui pilote la machine, et une deuxième personne qui l’approvisionne en sacs de ouate.
Poser le tuyau à même le sol pour que la ouate remonte naturellement : elle sera très aérée et donc plus efficace.
Décompacter absolument les sacs avant de les introduire dans la machine, sinon la matière ne descendra pas correctement.
Une fois la ouate mise en place, si les combles sont très aérés, il est conseillé de pulvériser un peu d’eau afin de réaliser un « croutage » qui rendra la ouate immobile, même en présence de vent.

Pose par insufflation dans des caissons étanches

Cette technique permet de remplir des caissons avec de la ouate de cellulose et est souvent utilisée pour isoler les murs creux ou en sous-pente. Les caissons doivent être étanches, et ils peuvent être verticaux ou incliné.
La principale difficulté consiste à remplir ces derniers avec une densité allant de 50 à 60kg/m3, et ce pour éviter le tassement dans le temps . En effet les parties hautes des murs et le faitage risquent de se dégarnir et donc de générer des ponts thermiques.
Les caissons peuvent être réalisés avec du frein vapeur ou du pare pluie armé, mais ils peuvent aussi être réalisés en panneaux de particules type OSB.
L’insufflation requiert une certaine technique, et elle se fait obligatoirement avec une machine spécifique.

Inconvénients de la ouate de cellulose

Bien que non toxique, la ouate de cellulose génère de la poussière lors de sa mise en œuvre:
Il est donc vivement conseillé d’utiliser masque et combinaison de protection.