La pollution lumineuse est l’une des causes de la pollution de l’air

Publié le : 17 mai 20214 mins de lecture

L’étude importante et révolutionnaire présentée en 2010 à  » l’American Geophysical Union » à San Francisco par Harald Stark, de la « National Oceanic and Atmospheric Administration », a révélé que la pollution lumineuse détruit les radicaux nitrates, empêchant ainsi la réduction nocturne normale du smog atmosphérique produit par les fumées émises par les voitures et les industries.

Cette étude s’avère particulièrement utile pour l’Italie, car le cas identique à celui de Corée du Sud, présente la plus forte pollution lumineuse nocturne parmi ceux du G20.

La vallée du Pô, en Italie représente l’une des plus grandes zones du monde où la voie lactée n’est plus visible la nuit et, par coïncidence, l’une des trois vastes zones où l’air est le plus pollué au monde, avec celle qui entoure Pékin et New York.

La pollution luminaire joue un rôle crucial dans la dégradation de l’environnement nocturne

Mais revenons à l’étude réalisée par les scientifiques américains au sein de la prestigieuse NOAA. Leurs recherches montrent que les lumières brillantes de la ville exacerbent la pollution de l’air, car la lueur du fond de ciel nocturne interfère avec les réactions chimiques qui, normalement, aideraient à nettoyer l’air la nuit des fumées émises par les voitures et les usines pendant la journée.

La nature utilise une forme spéciale d’oxyde nitrique, appelée le radical nitrate pour décomposer les produits chimiques qui, autrement, continueraient à former du smog et de l’ozone. Ce phénomène peut rendre l’air des villes irritant pour le système respiratoire.

Le nettoyage se produit normalement dans les heures sombres, car le radical est détruit par la lumière du soleil, il se produit uniquement la nuit.

Mais de nouvelles recherches indiquent que même l’énergie de toute la lumière nocturne produite par un centre urbain supprime ce radical. Les lumières pourraient même être 10 000 fois plus faibles que le soleil, mais l’effet négatif sur le radical serait toujours important.

Les résultats obtenus par le groupe de Stark indiquent que les lumières de la ville peuvent ralentir la propreté nocturne de la pollution atmosphérique jusqu’à 7 %, et le lendemain, jusqu’à 5 % de plus de polluants chimiques peuvent être libérés en raison de la pollution par l’ozone. Pour cette raison, de nombreuses villes sont proches de leur plafond en termes de niveaux d’ozone.

Comment lutter contre la pollution lumineuse ?

Par conséquent, les décideurs politiques et les parties prenantes pourraient envisager d’analyser les principaux types d’éclairage dans leurs villes pour passer à d’autres types, moins polluants du point de vue éclairage.

Toutefois, selon les auteurs de l’étude, cela aurait des effets limités. Le radical est moins influencé par la lumière rouge. Ils doutent que les autorités veuillent colorer le paysage urbain en rouge.

Une approche qui pourrait être utile serait plutôt de suivre les lignes directrices préconisées par les militants du « ciel noir », qui veulent que toute la lumière dirigée vers la terre arrête la disparition du ciel étoilé. L’effet de la lumière est donc plus important dans l’air que lorsqu’il est directement dirigé vers le sol. Autrement dit si vous pouvez vous assurer que toute la lumière artificielle de nuit pointe vers le bas et n’est pas réfléchie dans le ciel, dans les parties supérieures de l’air, vous aurez certainement un effet beaucoup plus faible.

Plan du site