Tout savoir sur les effets de l’électro-smog sur la santé humaine

Publié le : 17 mai 202132 mins de lecture

Les champs électromagnétiques et/ou les radiations électromagnétiques telles que la pollution électromagnétique produite par les technologies humaines affectent divers éléments de l’environnement. Parmi les éléments de cet environnement, tous les organismes vivants devraient être placés en première position. Il devient donc très important de déterminer correctement la nature et les effets secondaires connexes de la pollution électromagnétique et son impact sur les organismes vivants. Les dommages causés par la pollution électromagnétique font depuis longtemps l’objet de discussions, notamment parce que, comme on peut le comprendre, de grands intérêts sont en jeu, malgré le fait que les champs électromagnétiques de radiofréquence et de basse fréquence ont été officiellement classés comme “cancérigènes possibles” par le CIRC. Pour ces raisons, on observe depuis quelques décennies une croissance significative de la recherche scientifique sur l’influence des champs électromagnétiques et/ou des rayonnements électromagnétiques sur les organismes vivants.

Classification des rayonnements et de leurs effets sur la santé

Les appareils électroniques tels que les smartphones, les tablettes, les fours à micro-ondes, les routeurs Wi-Fi émettent des rayonnements électromagnétiques de faible intensité et de haute fréquence (300 MHz à 300 GHz), qui peuvent être associés à des radiofréquences ou des micro-ondes. D’autre part, les lignes électriques et les appareils électriques sont de fortes sources de champs électromagnétiques (principalement magnétiques pour les lignes électriques et les transformateurs) et de rayonnement de fréquences beaucoup plus basses (50 Hz) mais d’intensités beaucoup plus élevées.
En outre, il existe deux grandes familles de rayonnements électromagnétiques : les rayonnements ionisants et les rayonnements non ionisants. Les premiers, comme le mot lui-même le suggère, sont capables de rompre les liaisons moléculaires, par exemple, si vous allez à Fukushima aujourd’hui, à cause des rayons X et des rayons gamma, vous auriez un risque sérieux de développer une leucémie après un certain temps, alors que les non ionisants (comme les ondes radio et les basses fréquences) sont des radiations apparemment incapables d’induire une rupture des liaisons moléculaires.
En fait, l’énergie du rayonnement électromagnétique est directement proportionnelle à sa fréquence. Les rayons X et gamma ont donc suffisamment d’énergie pour ioniser des atomes ou des molécules, c’est-à-dire pour enlever complètement un électron d’un atome ou d’une molécule, au contraire, les rayonnements non ionisants, c’est-à-dire ceux qui participent à la pollution électromagnétique, n’en ont pas. Pour cette raison, ils ont longtemps été considérés comme relativement inoffensifs, à l’exception des effets thermiques produits dans la matière vivante. Mais ce n’est pas le cas, malheureusement. Dans le cas des rayonnements ionisants, les dommages causés à l’ADN des cellules sont directs, tandis que dans le cas des rayonnements non ionisants, le processus se déroule en deux étapes.
Les deux groupes d’ondes électromagnétiques interagissent différemment avec les organismes vivants et présentent des risques différents pour la santé humaine et doivent donc être traités séparément. Les rayonnements non ionisants sont responsables de la pollution électromagnétique et se divisent en : rayonnements à basse fréquence (ELF), y compris ceux de fréquence 50 Hz des lignes électriques et des lignes de transport d’électricité ; rayonnements à haute fréquence (RF), avec une fréquence comprise entre 100 kHz et 300 GHz.
Les champs de radiofréquences (RF) donnent de l’énergie aux tissus sous forme de chaleur, on parle donc d’effets thermiques, en particulier dans la région des micro-ondes, qui se situe entre les gammes supérieures des ondes radio et du rayonnement infrarouge (c’est-à-dire d’une fréquence d’environ 1 GHz, ou 1000 MHz, correspondant à une longueur d’onde de 30 cm, à environ 300 GHz, correspondant à une longueur d’onde de 1 mm) ; tandis que les champs de basse fréquence (ELF), c’est-à-dire qui changent lentement, induisent des courants dans le corps humain.

À consulter aussi : Quels sont les effets biologiques des champs de radiofréquences ?

Les champs ELF et de radiofréquences (RF) et micro-ondes

Mais, outre les effets thermiques des champs électromagnétiques de radiofréquences, un certain nombre d’effets biologiques non thermiques produits par ces champs, y compris des effets cancérigènes, sont apparus au cours des dernières décennies. Cela n’est pas surprenant, les cellules ont un potentiel d’activité moyen compris entre 100 et 200 mV (et jusqu’à 1 V en situation de stress), alors que les champs électriques associés aux champs de radiofréquences modernes sont plus élevés.
Chaque jour, les organismes vivants sont exposés à différents types de pollution électromagnétique. Cependant, tous peuvent être bien caractérisés par leurs paramètres physiques, et en particulier le type (électrique, magnétique, électromagnétique), la fréquence et l’intensité ou la puissance. Les sources de rayonnement électromagnétique non ionisant peuvent être classées, en gros, comme les champs de radiofréquence (champs RF), les champs de fréquence intermédiaire (champs IF), les champs de fréquence extrêmement basse (champs ELF) et les champs statiques.
En général, les effets possibles sur la santé de l’exposition aux ondes électromagnétiques sont de trois types : les effets à court terme (1-electrosensibilité) et les effets à long terme, qui comprennent le cancer et d’autres maladies chroniques (par exemple, l’infertilité et les maladies neurodégénératives). Bien entendu, différents types de champs électromagnétiques et/ou de rayonnements électromagnétiques sont responsables de différents types de phénomènes qui peuvent être observés à la suite d’une exposition aux rayonnements.
Les effets sur la santé peuvent également être divisés en deux catégories de base. Les effets aigus, qui peuvent se produire comme conséquence immédiate d’expositions courtes mais élevées au-dessus d’un certain seuil. Les effets chroniques, qui peuvent se produire après des périodes de latence même longues à la suite d’expositions légères mais prolongées, sans aucun seuil déterminé. Ces effets ont un caractère probabiliste, plus la durée d’exposition est longue, plus la probabilité de blessure (citant l’exemple de cancer) augmente.

À lire en complément : Quels sont les effets à long terme du rayonnement micro-ondes ?

Les effets aigus et chroniques de l’exposition à l’électro-smog

En général, les rayonnements micro-ondes de haute énergie à des fréquences allant de 300 MHz à 300 GHz peuvent être cancérigènes et provoquer des effets thermiques en augmentant la température des organismes exposés. En revanche, le même type de rayonnement micro-ondes à des fréquences plus basses, de 100 kHz à 300 MHz, n’a pas le même effet, sauf à des intensités plus élevées. Il est très important de noter que les sources de rayonnement électromagnétique caractérisées par des fréquences de champ inférieures à 300 GHz peuvent être associées au type de rayonnement non ionisant.
D’autre part, les champs électromagnétiques basse fréquence sont la source d’un autre type de rayonnement électromagnétique, comme dans le cas des lignes électriques ou des transformateurs de puissance. Ces champs électromagnétiques caractérisés par des fréquences de 50 Hz (en Italie et en Europe) ou 60 Hz (par exemple aux États-Unis) sont presque stationnaires et leurs deux composantes de champ (électrique et magnétique) peuvent être considérées comme distinctes. La composante magnétique semble poser les plus grands problèmes de santé.

Les effets des champs électromagnétiques de radiofréquence

L’organisme est un système électrochimique d’une sensibilité extraordinaire et, comme une sorte de radio, il subit les interférences des rayonnements associés à la pollution électromagnétique. Certains scientifiques soviétiques ont montré que les champs électromagnétiques à des fréquences comprises entre 30 MHz et 300 GHz peuvent affecter le système circulatoire humain (altérant le rythme cardiaque et la pression sanguine) même à des niveaux d’intensité de rayonnement trop faibles pour produire des effets thermiques. Même le faible champ géomagnétique de la Terre a une influence, par exemple, sur la fibrillation auriculaire paroxystique. Les radiofréquences ont un certain nombre d’effets biologiques qui peuvent être observés de manière reproductible chez les animaux et les systèmes cellulaires.
Et cela ne surprend pas les “insiders”. En fait, dès 2005, des chercheurs en Chine ont découvert que des radiofréquences électromagnétiques d’intensité relativement faible pouvaient entraîner des ruptures de l’ADN. En 2004, le projet REFLEX, qui résume les travaux de 12 groupes de recherche dans 7 pays européens, a signalé que les radiofréquences pouvaient augmenter le nombre de ruptures de l’ADN dans les cellules exposées, ainsi qu’activer une réponse au stress : la production de protéines protectrices, appelées “protéines de choc thermique”.
Aujourd’hui, les radiofréquences électromagnétiques favorisent le stress oxydatif, une condition impliquée dans l’apparition du cancer, dans diverses maladies aiguës et chroniques et dans l’homéostasie vasculaire. Et des études plus récentes ont suggéré des effets reproductifs, métaboliques et neurologiques des radiofréquences, qui sont également capables de modifier la résistance aux antibiotiques bactériens. Les résultats disponibles semblent maintenant suffisants pour démontrer l’existence d’effets biomédicaux.
Si le rayonnement électromagnétique est dangereux pour l’homme, il y a beaucoup plus de risques aujourd’hui qu’il y a 40 ans, grâce au secteur des télécommunications. Plus d’un milliard de personnes dans le monde possèdent un téléphone portable. Les technologies 4G et 5G visent à couvrir 98 pays, en annulant tous les “no spots” plus éloignés. On vit aujourd’hui dans une normalité saturée d’ondes de dispositifs sans fil qui n’a jamais existé dans l’histoire de la race humaine.

La nouvelle génération “numérique” qui vit entourée d’appareils sans fil

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme “cancérigènes possibles pour l’homme” (groupe 2B). En effet, en mai 2011, le CIRC et quelques années plus tard l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme une cause possible du risque accru de développer une tumeur cérébrale maligne, le gliome, qui est principalement associée à l’utilisation de téléphones portables.
Les effets biologiques les plus connus et les plus généraux de l’électromagnétisme à haute fréquence sont cancérigènes, reproductifs, neurologiques et métaboliques. Et en 2018, grâce à deux importantes études décennales, les doutes résiduels sur la cancérogénicité ont été réduits un peu de lumière. Il s’agit d’une recherche du Programme national de toxicologie sur les effets sur le corps des rats de l’exposition aux radiations d’un téléphone portable (“champ proche”) et d’un parallèle de l’Institut Ramazzini de Bologne sur les effets de l’exposition aux radiations – 15 à 1000 fois plus faibles d’une station de base radio de téléphonie (“champ lointain”).
Les résultats des deux études de 10 ans de Ramazzini et du programme national de toxicologie suggèrent d’inclure les radiofréquences dans la classe 1 ou au moins 2A, ayant trouvé chez les animaux le même type de tumeurs “cellulaires” que chez l’homme.
Ces deux études expérimentales, qui ont montré une augmentation des tumeurs des cellules gliales dans le cerveau, ont fourni suffisamment de preuves pour appeler à une réévaluation des conclusions du CIRC sur le potentiel cancérogène des radiofréquences chez l’homme, qui pourraient être classées comme “cancérogènes pour l’homme”. En tout état de cause, ces résultats semblent suffisants pour invoquer le principe de précaution, pour définir les sujets exposés comme potentiellement vulnérables et pour revoir les limites existantes.

L’augmentation des tumeurs liées à l’utilisation des téléphones portables

Depuis l’évaluation du CIRC en 2011, d’autres études ont été publiées qui soutiennent une association causale entre les rayonnements RF et les tumeurs cérébrales et crâniennes. Selon une étude très récente, la tumeur cérébrale la plus agressive et la plus rapidement mortelle dans toutes les tranches d’âge a été constatée sur la période 1995-2015 au Royaume-Uni, alors que les taux des tumeurs moins graves ont diminué, masquant cette tendance dramatique dans les données globales. L’augmentation du taux d’incidence (standardisé par âge) pour 100 000 personnes des tumeurs cérébrales “glioblastome multiforme” du lobe frontal et temporal en Angleterre par site tumoral sur la période 1995-2015.
Des résultats similaires ont également été constatés en Suède (Lennart et Carlberg en 2017), avec des taux croissants de tumeurs cérébrales inconnues diagnostiquées au cours de la période 2007-2015, déjà dans la tranche d’âge des 20 à 40 ans. Cela peut s’expliquer par un risque plus élevé de cancer du cerveau chez les sujets ayant utilisé un téléphone portable pour la première fois avant l’âge de 20 ans, ce qui nécessite une période de latence raisonnable. En outre, le taux d’incidence standardisé par âge pour 100 000 tumeurs cérébrales dans le registre suédois du cancer a augmenté de manière statistiquement significative chez les hommes au cours de la période 1998-2015.
Le fait que le glioblastome multiforme est en augmentation est également documenté dans les registres américains du cancer. Les glioblastomes (le type de tumeur cérébrale liée aux radiations des téléphones portables) et les tumeurs du système nerveux central sont en augmentation chez les jeunes Américains, et précisément dans les zones du cerveau qui absorbent la plupart des radiations micro-ondes émises par les téléphones portables. L’analyse américaine la plus importante et la plus complète réalisée par l’American Brain Tumor Association (Ostrom et al en 2016) a révélé que l’incidence de l’astrocytome anaplasique, des tumeurs méningées, des tumeurs de la région de la selle et des tumeurs non classées a augmenté chez les jeunes adultes américains âgés de 15 à 35 ans. Aux États-Unis, les tumeurs du cerveau et du système nerveux central représentent déjà le type de cancer le plus fréquent dans la tranche d’âge des 15-19 ans.
Les tumeurs du cerveau et du système nerveux central (SNC) représentent le type de cancer le plus fréquent dans la tranche d’âge des 15-19 ans chez les jeunes Américains, selon une analyse approfondie des tumeurs du cerveau. (source : Ostrom et al en 2016)
Une analyse publiée en 2015 (Gittleman et al), qui a examiné les données 2000-2010 de la publication United States Cancer Statistics et du Central Brain Tumor Registry des États-Unis, a constaté une augmentation significative des tumeurs malignes et non malignes du SNC chez les adolescents, ainsi qu’une augmentation significative de la leucémie lymphatique aiguë, des lymphomes non hodgkiniens et des tumeurs malignes du SNC chez les enfants. Et les CDC américains ont constaté une augmentation des cancers du cerveau, des reins, du foie et de la thyroïde chez les personnes de moins de 20 ans. Et ce n’est que pour mentionner trois pays pour lesquels des études avec les données les plus récentes sont disponibles, ce qui permet donc de mieux cerner la tendance.
Les tumeurs cérébrales ont une croissance lente et peuvent mettre des décennies à se développer après une exposition toxique. Les taux de cancer du poumon n’ont augmenté dans la population générale que plus de trois décennies après que les hommes américains ont commencé à fumer beaucoup. Par conséquent, la recherche utilisant des modèles cas-témoins qui étudient de petits groupes de personnes fortement exposées est plus appropriée pour identifier les risques de cancer associés à l’utilisation de téléphones portables. Des études de cas cliniques ont montré que les personnes qui ont commencé à utiliser des téléphones portables à l’adolescence ont un risque quatre à cinq fois plus élevé de développer une tumeur cérébrale.
Outre les nombreuses études qui ont établi des liens entre l’utilisation de téléphones portables et les tumeurs cérébrales, la recherche a également trouvé des associations avec les tumeurs des glandes salivaires. Une étude de 2007 (Sadetzki et al) publiée dans l’American Journal of Epidemiology a établi une relation entre l’utilisation à long terme de cellules et les tumeurs des glandes parotides. Une analyse de 2017 a révélé que l’incidence des tumeurs des glandes salivaires aux États-Unis est en augmentation, en particulier les petites tumeurs de la parotide. Une méta-analyse, publiée en 2017 (Siqueira et al), d’études sur les tumeurs de la glande parotide a révélé une association entre l’utilisation de téléphones portables et le risque de cancer de la glande parotide.

Les conflits d’intérêts bruyants et le studio Interphone

Il y a quelques années encore, la plupart des études sur les dangers des émissions électromagnétiques des téléphones portables étaient axées sur la possibilité que les appareils puissent chauffer le cerveau ou provoquer directement le cancer. Et nombre de ces études ont été parrainées ou financées directement ou indirectement par l’industrie des télécommunications. Par conséquent, grâce à cette recherche menée sous un régime de conflit d’intérêts, l’impression a été créée que les téléphones portables étaient sûrs. L’exemple le plus frappant est sans aucun doute l’étude Interphone, financée à 30 % par les plus grandes entreprises de téléphonie mobile et de sans fil du monde, et qui ne peut donc être qualifiée d’”indépendante”. Cette recherche a impliqué 13 pays du monde entier et a produit trois documents, qui montrent que l’utilisation des téléphones portables n’est pas directement liée au risque de développer des tumeurs cérébrales, tout en reconnaissant certaines corrélations circonstancielles de “gliome accru à des niveaux d’exposition plus élevés”.
L’oncologiste-épidémiologiste suédois Lennart Hardell, dans un article publié en 2017 dans la revue Biomedical Research International, a mis en évidence de manière très précise et détaillée les distorsions dans la communication des résultats et les erreurs méthodologiques que cette étude, la plus importante au monde sur les effets des radiofréquences, a subi. Par exemple, moins de 10 et les cas analysés par l’étude Interphone ont eu plus de 10 ans d’exposition aux téléphones portables : un choix qui masquerait même les effets cancérigènes du tabac.
En outre, comme l’a souligné M. Hardell, l’étude Interphone a inclus des sujets qui ont déclaré utiliser le téléphone portable “au moins une fois par semaine”, ce qui aurait considérablement dilué les données de l’échantillon : aujourd’hui, en effet, il ne serait pas facile de trouver quelqu’un qui utilise le smartphone seulement une fois tous les sept jours. Enfin, l’enquête n’a pas pris en compte l’utilisation des téléphones sans fil (qui ont le même impact biologique) et n’a pas tenu compte de l’ipsi-latéralité, le fait que les causes et les effets se produisent du même côté, en diluant les données de l’échantillon jusqu’à 50%.
Semer la confusion et produire le doute est une stratégie bien connue, utilisée auparavant par l’industrie du tabac et d’autres (par exemple les édulcorants). Une fiche d’information de l’OMS publiée en juin 2011, peu après la décision du CIRC de classer les champs de radiofréquences comme “cancérigènes humains possibles”, indique qu’”à ce jour, aucun effet nocif sur la santé causé par les téléphones portables n’a été établi”. Cette déclaration contredisait l’évaluation du CIRC (qui fait partie de l’OMS !) et n’était pas fondée sur des preuves. La nouvelle que même pour l’OMS, les téléphones portables peuvent causer le cancer attendra 6 ans après l’annonce du CIRC, qui dépend de l’OMS elle-même.
De plus, les deux organismes internationaux qui fixent les directives d’exposition des travailleurs et du grand public, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniques (IEEE), sont, pour le premier, une organisation privée (ONG) basée en Allemagne qui sélectionne ses membres et dont la source de financement n’est pas déclarée ; pour le second, cependant, il s’agit de la plus puissante fédération d’ingénieurs au monde. Plus clair que cela.
Les membres de l’IEEE sont (ou ont été) employés dans des entreprises ou des organisations qui sont des producteurs ou des utilisateurs de technologies qui dépendent des rayonnements électromagnétiques, comme les compagnies d’électricité, l’industrie des télécommunications et les organisations militaires.
Les géants des télécommunications qui fabriquent et commercialisent les téléphones portables construisent des tours avec des antennes de téléphone portable et dépensent d’argent en publicité, publient des déclarations et manipulent les médias en répétant sans cesse que les téléphones portables sont sûrs et ne causent pas de dommages à la santé.
Mais la plupart des études qu’ils ont financées ou contrôlées d’une manière ou d’une autre. n’ont pas examiné les vraies questions : quel est l’effet à long terme sur le corps humain du rayonnement des téléphones portables ? Quelles interférences biologiques se produisent en cas d’exposition à des rayonnements micro-ondes pulsés de faible intensité et non thermiques émis par les téléphones mobiles ? Et les fabricants de téléphones portables ont réussi à influencer les agences nationales et internationales pour qu’elles ignorent les dangers.
Mais depuis quelques années, la situation a changé, principalement en raison des utilisateurs de téléphones portables et de routeurs Wi-Fi, qui subissent les effets d’un nombre croissant de radiofréquences de rayonnement électromagnétique et en signalent les symptômes à leurs médecins. Des chercheurs courageux et des études financées par le secteur privé reconnaissent clairement depuis des années l’augmentation statistique des problèmes de santé graves chez les utilisateurs de téléphones portables et en font part à la communauté scientifique.
De nouvelles études scientifiques identifient désormais les questions pertinentes et les risques réels liés à l’utilisation fréquente et prolongée des téléphones mobiles. Ils montrent que même de faibles niveaux de micro-ondes provoquent des dommages biologiques de divers types qui peuvent avoir des conséquences sur la santé, allant de l’électrosensibilité à toute une série de maladies chroniques. Salford déclare que “l’exposition volontaire du cerveau aux micro-ondes des téléphones portables est la plus grande expérience biologique humaine jamais réalisée”.
Les radiations des téléphones portables endommagent les neurones des rats, en particulier ceux associés à la mémoire et à l’apprentissage. Les dommages sont survenus après une exposition de seulement deux heures. Salford a également découvert que les champs électromagnétiques provoquent des trous dans la barrière entre le système circulatoire et le cerveau chez les rats. Ces trous dans la barrière hémato-encéphalique permettent aux molécules toxiques du sang de s’infiltrer dans l’environnement ultra-stable du cerveau. L’une des conséquences possibles est la démence.

Les effets des champs électromagnétiques de basse fréquence

Les avis des chercheurs sur l’influence des ondes électromagnétiques de basse fréquence sur les organismes vivants sont depuis longtemps partagés, du moins en ce qui concerne d’éventuels effets plus graves sur l’homme. Cela peut être illustré par le fait que, de 1980 à 2002, plus de 200 études épidémiologiques sur les effets des champs électromagnétiques générés par les lignes électriques ou les lignes de transport d’électricité sur l’homme ont été publiées. Environ 60 d’entre eux n’ont signalé aucun effet négatif de ces champs, tandis que les 40 % restants ont fait état de certains effets statistiquement liés à la proximité de ces sources (notamment la leucémie et d’autres cancers). Le danger des champs de basse fréquence est débattu depuis longtemps. Aujourd’hui, d’importantes nouveautés (et vérités) commencent à émerger.
Ce n’est pas surprenant. Lorsqu’un organisme est exposé à des champs de basse fréquence (par exemple à 50 ou 60 Hz), les ondes électromagnétiques correspondantes sont capables de passer à travers le corps, provoquant un flux de courant électrique à l’intérieur du corps, qui peut provoquer d’importantes altérations des fonctions biologiques normales. Ces courants induits se superposent aux courants endogènes, c’est-à-dire générés par l’organisme humain lui-même pendant son fonctionnement normal. Cela peut donc provoquer des effets aigus et chroniques chez l’homme.
Il est à rappeler que les effets sur la santé peuvent être divisés en deux catégories. Les effets aigus résultent d’expositions de courte durée et de haute intensité ; les effets à long terme peuvent résulter d’expositions prolongées dans le temps, même de faible intensité. Les effets aigus se produisent à des intensités de champ magnétique élevées, c’est-à-dire à des niveaux de champ magnétique supérieurs à 100 µT et provoquent une stimulation des nerfs et des muscles ainsi que des modifications de l’excitation des cellules du système nerveux central.
En ce qui concerne les effets aigus, ils ont toujours été signalés sur le système visuel et le système nerveux central, ainsi que sous la forme de troubles cardiaques (extrasystole et fibrillation ventriculaire). En outre, des symptômes tels que maux de tête, insomnie, fatigue, en présence de champs électromagnétiques (de basse et haute fréquence) inférieurs aux limites légales recommandées pour la protection contre les effets aigus ont été signalés. Cet effet est appelé “hypersensibilité électromagnétique” (EHS) ou, plus communément, électrosensibilité.
En ce qui concerne les effets chroniques, ou à long terme, le risque sur lequel les chercheurs et le public ont concentré leur attention est la possibilité que l’exposition aux rayonnements non ionisants puisse induire un cancer, selon les résultats d’une série d’enquêtes épidémiologiques. Plusieurs études ont en effet montré un risque accru de leucémie à partir d’une certaine valeur de champ magnétique (0,3-0,4 μT). D’autres études n’ont pas confirmé cette évidence.
En 2002, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a donc classé les champs électromagnétiques basse fréquence dans la catégorie des “cancérogènes humains possibles” (groupe 2B). En fait, l’Agence a estimé (pour être exact, elle a cru, puisque ces évaluations remontent à des données disponibles il y a plus de 15 ans, aujourd’hui “anciennes”) que “la relation épidémiologique de cause à effet entre l’exposition et la maladie peut être crédible mais, dans l’état actuel des connaissances (2002) et en l’absence d’appui des études de laboratoire, il n’est pas possible d’exclure avec certitude d’autres explications de l’association observée”.
Entre-temps, cependant, plus de 16 ans se sont écoulés et les choses ont beaucoup changé dans les basses fréquences également. La recherche dite “épidémiologique” concerne en fait l’observation d’individus humains qui ont été exposés à plus de radiations électromagnétiques pendant des périodes plus longues, comme les cheminots ou les personnes vivant près des lignes électriques. D’autre part, il existe aussi la recherche dite “expérimentale”, qui concerne des organismes modèles spécifiques (cellules ou animaux) sélectionnés et qui a été menée beaucoup plus souvent que les études épidémiologiques, avec des résultats très intéressants.
Des études en laboratoire menées au cours des vingt dernières années ont montré que les champs électriques et magnétiques à la fréquence du réseau n’ont pas d’effets mutagènes, c’est-à-dire qu’ils ne provoquent pas en eux-mêmes le cancer. Cependant, certaines études in vitro sur les cellules et in vivo sur les animaux semblent indiquer que les champs magnétiques à la fréquence du réseau (50 ou 60 Hz) pourraient plutôt agir comme promoteurs ou co-promoteurs du cancer dans les cellules qui ont déjà été initiées dans ce processus. Le mécanisme soupçonné d’exercer cet effet serait une baisse du niveau de mélatonine dans le sang, une hormone qui a une fonction onc-statique. Les champs magnétiques de basse fréquence sont des co-promoteurs de cancer, peut-être parce qu’ils modifient le niveau de mélatonine, qui est une hormone onc-statique.

Plan du site